Equilibre du plan de financement: un moyen unique pour la cohérence financière

Outre les concours bancaires courants, l’équilibrage dû au plan de financement peut se faire en trois points : l’adaptation de la croissance à des possibilités financières, la diminution des emplois initialement prévus dans le plan de financement et l’augmentation des ressources en faisant appel au financement externe.

C’est pourquoi le plan de financement est un moyen unique pour la cohérence financière.

Pour une croissance et indépendance

croissance et indépendance

D’une année à l’autre, le risque est double de voir s’accroître du BFE, d’une part, à cause du développement de l’activité, la valeur d’un jour de chiffre d’affaires augmente, et d’autre part, une modification de la structure du BFE peut amener à augmenter le nombre de jours que représente le BFE.

D’où le BFE se calcul par le produit de la valeur d’un jour de CAHT et le nombre de jours de BFE nécessaires.

L’accroissement de ce BFE est un des facteurs importants pour le déséquilibre du plan de financement. Dans la pratique, beaucoup d’entreprises restent satisfaits de ses clients et de ses fournisseurs actuels dans le temps. Elles pensent avoir un plan optimal sur le cycle de vie de leur entreprise.

De plus, il est à noter que l’accroissement du chiffre d’affaires a pour conséquences l’allongement des délais clients afin d’attirer de nouveaux clients et l’élévation du délai moyen ; l’augmentation des clients douteux générés par la volonté de l’entreprise et enfin l’élargissement de la gamme générant une augmentation des stocks de matières premières et de produits finis.

Pour des actions sur les emplois

Pour des actions sur les emplois

L’équilibrage du plan de financement peut se faire non pas en réduisant les emplois envisagés, mais en les transformant par des montages financiers adéquats. Des ressources nouvelles peuvent être trouvées en élaborant des choix financiers plus judicieux.

Il y a ce que l’on appelle la filialisation pour la Banque. Il s’agit ici de créer des filiales pour permettre de diminuer les emplois tout en restant maître chez soi. Si une filiale tombe, l’autre le relève. La filiale est quand même détenue par la société mère.

On peut aussi parler du désinvestissement qui concerne la vente de certains actifs qui procurent à l’entreprise des capitaux importants. Les cessions résultent d’un choix délibéré portant sur la consistance des immobilisations.

L’entreprise peut alors jugée par elle-même l’inutilité de son équipement, de ses terrains, de ses immeubles. Elle peut aussi céder les immobilisations financières n’ayant aucun intérêt stratégique.

Vous avez aimé cet article ?
Rejoignez la newsletter d'Investman et recevez ponctuellement des conseils, des bons plans et les dernières actualités pour mieux investir !
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.