Campagne d’investissement de l’Afrique du Sud : Ramaphosa salue le succès

Les plans visant à attirer 100 milliards de dollars sont en avance sur la cible. C’est ce que vient de déclarer le président sud-africain. Naspers et Anglo American comptent parmi les entreprises qui s’engagent à investir.

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa s’est dit être impressionné par l’intérêt suscité par le sommet sur l’investissement qu’il a ouvert le vendredi 19 octobre dernier. Mais il y a également annoncé son intention de mobiliser 100 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

Plusieurs annonces dans la journée

Johannesburg

Les élections présidentielles en Afrique du Sud vont se tenir l’année prochaine. Devant cela, Ramaphosa doit montrer qu’il tient ses promesses de relancer une économie en proie à la récession et de créer des emplois pour les 27 % de la population active au chômage. Depuis l’annonce de la campagne d’investissement en avril, la Chine, les États-Unis, l’Arabie Saoudite et l’unité Mercedes-Benz de Daimler AG ont annoncé une contribution de 35,5 milliards de dollars.

Les entreprises se sont engagées à investir plus de 8 milliards de dollars, y compris un engagement de 6 milliards de dollars d’Anglo American Plc, bien que tout l’argent ne soit pas nouveau. De nouvelles annonces ont été attendues plus tard dans la journée.

« Nous faisons d’énormes progrès », a déclaré Ramaphosa lors d’une interview accordée à Bloomberg Television lors de la conférence sur l’investissement de Johannesburg, qui a attiré plus de 1 000 délégués. « Je pense que nous sommes en avance sur la piste, nous sommes en avance, et je suis dépassé par le niveau d’intérêt pour l’économie sud-africaine. »

Perspectives lugubres

Tito Mboweni

Tito Mboweni

Un budget à moyen terme avait réduit les prévisions de croissance économique et montré que la dette publique atteignait un sommet plus tard et à des niveaux plus élevés que prévu. Le sommet intervient tout juste deux jours après que le ministre des Finances, Tito Mboweni, ait dévoilé ce budget. Les perspectives sombres ont provoqué une vente massive du rand et des obligations du pays. Mais ils ont également fait craindre que le pays ne perde de la part de Moody’s Investors Service sa seule cote de crédit de bonne qualité.

« Après cela, les choses s’améliorent, car nous savons que nous sommes en mesure de bien comprendre ce qui doit être fait », a déclaré Ramaphosa. Il s’est dit confiant qu’une autre dégradation de la notation pourrait être évitée. « Nous repositionnons notre économie et au-delà, je suis convaincu que nous aurons fait un bon travail pour remettre l’Afrique du Sud sur la voie de la victoire. », a-t-il ajouté.

Ramaphosa, avocat et ancien dirigeant syndical âgé de 65 ans, a pris ses fonctions en février, après que le parti au pouvoir ait forcé Jacob Zuma à démissionner. Ce dernier, à la suite d’un mandat de près de neuf ans, a été entaché par un scandale, des erreurs de politique et des nominations inappropriées.

« Nous savons maintenant à quel point le problème était grave et profond », a déclaré Ramaphosa. « Nous savons maintenant ce qui doit être corrigé. Nous connaissons maintenant le type de compétences dont nous avons besoin et le type de personnes que nous devons mettre en place pour réparer les dégâts causés au cours des neuf dernières années. Ce sont des dégâts énormes, mais nous les réparons. ».

Vous avez aimé cet article ?
Rejoignez la newsletter d'Investman et recevez ponctuellement des conseils, des bons plans et les dernières actualités pour mieux investir !
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.