L ‘Europe investit davantage avec le plan Junker

Quatre ans après son lancement, l’exécutif communautaire annonce les avantages du plan d’investissement pour l’Europe. Encourager les investissements, accroître la compétitivité et soutenir la croissance économique à long terme de l’Union Européen, voilà, en résumé, les trois objectifs du ” plan d’investissement pour l’Europe “.

Proposé en 2014 au Parlement européen par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à la suite de l’invitation du Conseil européen de juin 2014, le Plan Junker s’attaque au problème des faibles niveaux d’investissement dans l’UE afin de stimuler la croissance et l’emploi.

Ce matin, le programme a fait l’objet d’une réunion intitulée “Investir en UE : opportunités pour les entreprises et le territoire”. Détails.

Des objectifs qui dépassent les attentes

Des objectifs qui dépassent les attentes

 

Le plan Juncker est un succès. Données en main, la Commission européenne a annoncé aujourd’hui que le plan d’investissement pour l’Europe, lancé il y a quatre ans, produit des effets positifs, bien plus que prévu.

En effet, en juillet 2018, le plan dépassait son objectif initial de 315 milliards d’euros, mobilisant à ce jour des investissements de 360 milliards d’euros, dont les deux tiers provenaient de particuliers.

On estime que le Fonds européen pour les investissements stratégiques a déjà créé plus de 750 000 emplois, qui seront augmentés de 1,4 millions supplémentaires d’ici 2020.

Le plan, dit la Commission européenne, a déjà augmenté le PIB de 0,6 %, qui devrait ensuite atteindre 1,3 % d’ici 2020. Les avantages sont attendus pour tous les États Membres, en particulier les plus touchés par la crise.

“Ce plan a constitué une véritable avancée”, a déclaré Jyrki Katainen, vice-président de la Commission et commissaire en charge des investissements. Confiant lui aussi pour l’avenir, il a souligné : “avec le prochain budget à long terme de l’UE, nous entendons maintenir cet élan et faire en sorte que le modèle gagnant du plan devienne la règle européenne en matière de soutien à l’investissement “.

Des efforts ont été déployés aux niveaux national, et européen pour éliminer les obstacles à l’investissement. Ainsi, selon la communication, l’Europe est un lieu encore plus attractif où les entreprises peuvent s’installer et prospérer.

À l’avenir, déclare la Commission, des efforts devront être déployés pour éliminer les goulots d’étranglement réglementaires. C’est pourquoi l’exécutif communautaire invite également le Parlement européen et le Conseil à procéder rapidement à l’adoption de réformes dans le cadre de la stratégie pour le marché unique numérique, l’Union des marchés des capitaux et l’Union de l’énergie.

Des réformes structurelles sont également nécessaires pour favoriser les entreprises.

Trois grands piliers

grands piliers

Pour atteindre les objectifs fixés, le plan repose sur trois piliers : le premier est la création d’un “pôle de conseil en investissement européen” et d’un “portail européen de projets d’investissement”.

Le deuxième pilier regroupe toutes les actions visant à éliminer les obstacles à l’investissement et à créer une réglementation plus simple, plus efficace et plus prévisible dans l’UE, en particulier dans le secteur des infrastructures, où les investissements sont organisés sur plusieurs années ou décennies.

Pour contribuer à améliorer les conditions de financement dans l’UE, le plan prévoit la création d’une union des marchés des capitaux visant à réduire la fragmentation des marchés financiers et à accroître l’offre de capitaux pour les entreprises et les projets d’investissement.

En outre, en décembre 2016, le Conseil européen a adopté des conclusions sur une série de problèmes identifiés par le comité de politique économique et affectant les investissements dans l’Union.

Le troisième pilier est la création d’un “fonds européen pour les investissements stratégiques”, qui vise à mobiliser les investissements privés au moyen de la garantie de l’UE. Tout cela pour tenter d’attirer des investissements sans générer de dettes publiques supplémentaires, notamment par le biais de la BEI, une institution utilisée par l’Union pour le financement de projets à long terme depuis environ 50 ans.

Vous avez aimé cet article ?
Rejoignez la newsletter d'Investman et recevez ponctuellement des conseils, des bons plans et les dernières actualités pour mieux investir !
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.